BLOGUE

La différence entre un accent et la prononciation.

De plus en plus, nous avons des demandes pour inclure la réalité de certains accents ou avoir une certaine prononciation dans nos cours de conversation, mais à la lumière de certains préjugés, je crois qu’il y a matière à écrire un peu sur le sujet.

Comme ce sujet touche plusieurs langues, nous allons nous concentrer sur l’anglais et un peu plus loin, sur le français. Je pense que des conclusions similaires peuvent être tirées pour l’espagnol, le portugais et d’autres langues.

Lorsqu’un client nous mentionne qu’un des objectifs d’apprentissage est de « parler comme un anglophone », qu’est-ce que cela veut dire?

Bien sûr, nous comprenons qu’il y a des éléments de fluidité, de vocabulaires, d’expressions idiomatiques et de structures de phrases dans cette remarque. Mais il y a aussi des éléments d’accent et de prononciation. Nous voyons souvent des francophones qui parlent très bien l’anglais vouloir avoir un accent plus « anglais ».

Mais avoir un accent « anglais », qu'est-ce que ça veut dire? L’anglais est une langue officielle dans 67 pays différents (voir), dont voici quelques-uns des accents les plus « populaires » ici en Amérique du Nord.

  • L’accent britannique.

  • L’accent irlandais.

  • L’accent écossais.

  • L’accent australien.

  • L’accent de la Nouvelle-Zélande.

  • L’accent de l’Afrique du Sud.

  • L’accent indien.

  • L’accent caraïbéen.

Toutes ces régions possèdent une façon particulière de prononcer certains mots et auront certaines expressions idiomatiques qui leur sont propres. Pour compliquer le tout, il y a en plus des régionalismes. L’anglais parlé à New York n’est pas le même que celui parlé à Atlanta. Même chose pour l’anglais parlé à Kingston (en Jamaïque) et celui parlé à Port of Spain (à Trinidad et Tobago). Et ainsi de suite.

Généralement, lorsque nous parlons d’un accent « anglais », ici en Amérique du Nord, nous faisons référence à l’accent canadien-anglais ou l’accent général des États-Unis. Cet accent est neutre (du moins, à nos oreilles) et sert de base dans l’enseignement de l’anglais, langue seconde.

Cependant, avec notre petit préambule, l’on peut remarquer qu’il y a plusieurs façons de parler l’anglais. Et avoir un accent « francophone » n’est pas un problème, pourvu que vous soyez en mesure de vous faire comprendre par vos interlocuteurs.

Mais il y a une composante importante que nous travaillons dans nos cours de langue : la prononciation. À titre d’exemple, certains points que les francophones auront à travailler seront :

  • Les sons « th »,

  • Les « s » à la fin des mots et verbes,

  • Les différents sons des verbes au passé se terminant en « ed »

  • Etc.

Ces éléments de prononciation aident à se faire comprendre et nous les travaillons dans nos cours de conversation. Les nuances qui peuvent ne pas être perçues par un francophone peuvent faire la différence, pour un anglophone, entre une action au présent ou au passé.

Mais il y a une différence entre arriver à bien communiquer dans la langue cible avec les sons appropriés, corriger des erreurs de prononciation et attaquer un accent spécifique.

L’apprentissage des différents accents d’une autre langue est une discipline à part entière. L’on peut voir certaines vidéos sur YouTube qui montrent les différents accents utilisés dans certains films par des acteurs connus (voir). Un formateur peut vous aider à travailler sur des aspects particuliers de la phonétique d’une langue ou d’un accent, comment faire un son nasal, l’endroit ou positionner la langue dans la bouche pour produire certain son, la position de la mâchoire lorsque vous parler, etc. Travailler les accents est une discipline beaucoup plus physique qu’une personne pourrait l’imaginer.

Il y a quelques années de cela, nous avions une experte en art oratoire pour le français et tous les cours étaient en présentiel parce que l’élément postural était très important dans sa formation.

L'objectif à Langage d’ici est de vous faire parler votre langue cible le plus rapidement et le plus clairement possible. Nous visons l’anglais « neutre » canadien et/ou américain. Mais si vous parlez d’une excellente façon avec un accent francophone, il n’y a pas de problème réel.

L’autre côté de cette réalité est au niveau de la compréhension auditive. Nous avons parlé de l’accent lors de la communication, mais nous avons également des apprenants qui viennent avec des besoins spécifiques, cette fois-ci, au niveau de l’accent « québécois ». Plusieurs de ces clients sont Européens et ont un excellent niveau de français, mais comme ils vivent au Québec et que le français d’ici a plusieurs particularités, ils se sentent perdus.

Il est vrai que le français utilisé au Québec est différent de celui utilisé en France. Nos expressions idiomatiques sont parfois éloignées, notre vocabulaire est aussi changé, mais parfois d’une drôle de façon. Certains mots existent autant en France qu’au Québec, mais ils ont une signification différente. Un exemple? Le mot « cartable ». En France, il est utilisé pour sac à dos ou sac d’école. Tandis qu’au Québec, le mot cartable représente un classeur en France.

La prononciation de certains mots est aussi très différente. Certaines de nos abréviations sont très prononcées, comme le « chu » pour « je suis » utilisé comme « chu tanné » ou encore « s’ton » pour « c’est ton » utilisé comme « s’ton char ». Pour se faire l’oreille à ces différents niveaux de langue du Québec, il y a plusieurs ressources disponibles.

Un que j’aime beaucoup est l’auteur Michel Tremblay qui a écrit le québécois parlé dans ces textes, voici un extrait.

Il y a aussi des classiques cinématographiques comme Bon Cop, Bad Cop. Un très bon film pour les accents québécois. Des stations de radio en ligne offrent également une occasion de faire l’écoute d’un niveau de français plus familier. Généralement, les stations qui parlent de sports auront un niveau plus « québécois ». Elles seront préférables à celles qui parlent de cultures ou d’affaires qui utilisent, généralement, un français neutre ou international. Et bien sûr, il y a les cours de langues. Ceux-ci aident à faire la part des choses et guident l’apprenant dans cet univers.

Mais rappelez-vous; avoir un accent est normal. Ce qui est important est de bien prononcer les mots pour arriver à bien se faire comprendre dans la langue cible.

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à me contacter.